« Le livre de Naël »

Ce petit garçon né en 2017 a passé ses 87 premiers jours de vie à l’hôpital à la suite d’un accident respiratoire, une heure après sa naissance.

Ses parents ont voulu garder une trace de son histoire, témoigner et venir en soutien à d’autres parents qui auraient à traverser cette douloureuse expérience. J’écris peu pour les particuliers, mais je n’ai pas pu leur refuser ce geste qu’aujourd’hui, à la sortie du livre, je me réjouis d’avoir accompli.

Le livre retrace le parcours hospitalier de cette famille (Naël a deux grandes sœurs), qui a dû affronter la peur de perdre cet enfant et s’accrocher aux moindres éclats des lueurs d’espoir lancés par ce bébé qui a fini par se réveiller, par ouvrir les yeux, par se nourrir tout seul et par sourire.

J’ai pu échanger avec les parents, les deux sœurs et les quatre grands-parents, joindre le personnel hospitalier et ainsi assimiler toute cette histoire si émotionnelle. J’étais loin de ce que j’ai l’habitude d’entendre lorsque je travaille pour une entreprise – quoique certaines ont connu des drames et des familles des pertes encore douloureuses – et j’avoue avoir écrit certaines lignes les larmes aux yeux. Même mes deux relectrices ont pleuré.

Aujourd’hui, en cette veille de Noël, tout le monde a le sourire. Les livres seront sous le sapin, je sais que toute la famille a hâte de le découvrir. Quant à moi, j’attends deux choses : faire la photo de Naël sur mes genoux avec son livre et, plus tard, connaître son avis sur « 87 jours ».

Le livre est vendu 10 euros et les bénéfices seront reversés à la maison des parents du CHU de Poitiers.

Graphisme : Géraldine Duranceau, agence 1D2, Niort

Les impressions Dumas, Niort.

Sortie du livre : décembre 2018

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Morisson dit :

    Félicitations Cécile pour l’écriture de ce magnifique livre, ainsi qu’au photographe et à la graphiste .

    Aimé par 1 personne

  2. JEGOU Jean-Louis dit :

    Pas facile sans doute, hors du « cercle habituel » d’affronter et de restituer cette dure réalité…
    Puisse-t-elle être source de réconfort pour les personnes confrontées à ces situations.
    Qu’elles puisent la force nécessaire pour faire face avec courage et espoir…

    J'aime

  3. Bigot dit :

    Je connais bien cette famille puisque l on est l autre famille thouarsaise on garde de bon moment de cette expérience et de ces rencontres parfois l humeur était légère parfois plus stressantes et émouvante mais toujours le partage et la bienveillance se lisait dans les regards.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s